Prénom : Ludo
Date & lieu de naissance : 1er mars 1983 à Bastia ( Corse )
Réside à : Marseille
Taille-poids : 1.85m, 76 kg + 10 kg du fauteuil roulant
Signe particulier : Tétraplégique ( C5-C6 ) depuis mes 15 ans en 1998 et pas très futé depuis toujours ( en bref, un con qui ne s'ignore pas ! ).

Ci-dessous, je réponds le plus sincèrement et directement possible à une multitude de questions qui m'ont été posées par différentes personnes. Désolé si ça dérange certains, les propos qui suivent n'engagent que moi.


T'es tétraplégique, mais c'est quoi ? C'est une personne qui ne bouge ni les jambes, ni les mains et parfois aussi ni les bras. En résumé, c'est un parfait hameçon pour la pêche aux gros.


Ça vit longtemps une personne tétraplégique ? Bien étant donné que ce n'est pas une maladie évolutive, on peut vivre longtemps à partir du moment où on a une hygiène de vie correcte et un peu de chance au niveau des pépins que l'on peut avoir ( Escarres, infections urinaires, etc, avec diverses complications ).


Ca fait quoi d'être tétraplégique ? Bonne question, c'est comme si tu essayais de bouger et que rien ne se passe ... C'est difficile à imaginer tellement c'est simple de se mouvoir lorsqu'on est valide. Le plus chiant c'est qu'on galère pour absolument tout. Se déplacer, manger, sortir, s'habiller, se coucher ...


Es-tu retourné à l'école ? En fait, je n'ai jamais arrêté ... Lorsque j'étais en clinique de rééducation des professeurs venaient dans la semaine pour me donner des cours. Bon j'avoue, lorsqu'ils arrivaient je faisais semblant de dormir. Une fois sorti de la clinique, je suis allé dans une école spécialisée pendant 1 an. Chaque élève avait son prof particulier, impossible de se planquer au fond de la salle prés du chauffage.

Ensuite je suis retourné dans un lycée normal où j'ai passé un Bac Pro en Industrie Graphique et dans un autre établissement j'ai fait un BTS Informatique Industriel. Au niveau de l'organisation c'était tendu ... Une infirmière venait tôt le matin ( 6h30 ) pour m'aider à me préparer, un transport arrivait à 7h15, arrivée en cours à 7h45. La journée de cours se passait normalement, le soir à nouveau le transport, les devoirs, le kiné, plus les "soins". Les journées étaient bien chargées !


Est-ce que t'as mal au cul à force de rester assis ? Bien de temps en temps oui, mais c'est plus des douleurs neurologiques, des douleurs que le corps créer sans qu'il y ait de cause réelle. En résumé je peux aussi avoir mal aux fesses lorsque je ne suis pas en appuis dessus. Et c'est pareil partout ... C'est assez mal foutu cette histoire !


As-tu toute ta tête ? Non, comme tous les handicapés. Ça ne se voit pas ? D'ailleurs en ce moment je m'entraine pour créer un filet de bave qui résiste aux rafales de vent.


Prends-tu des médicaments ? Plus aucun, je les ai tous arrêté de ma propre initiative en 2006. Ça me shootait trop toutes ces merdes ! J'avais environ 20 comprimés par jour ( Liorésal, Myolastan, Dantrium, ... ). D'ailleurs pour arrêter les médicaments, c'était difficile. Au bout de 8ans de prises quotidienne, la dépendance était bien là. Mais bon, faut ce qu'il faut.


Comment as-tu appris que tu allais être tétraplégique toute ta vie ? Tout simplement en discutant avec des patients atteints de la même pathologie, en voyant la progression des uns, des autres et la mienne, ... on finit par comprendre tout seul. Cela ne se fait pas dans une ambiance de morgue, au contraire. Entre patients on est souvent impitoyable les uns avec les autres, avec de l'humour noir, des blagues vaseuses et des farces douteuses ... bref, on se taille beaucoup, on se comprend et même si ça peut paraître égoïste, on se dit qu'on n'est pas seul dans cette galère.


Es-tu retourné te baigner à la mer ? Oui de nombreuses fois, j'adore l'eau. Dont une fois où ça s'est mal passé ! ... J'étais allongé sur le rivage avec les petites vaguelettes qui passaient sur moi, jusqu'au moment où une bonne vague m'a aspiré puis propulsé sur la plage ... Problème, il y avait une grosse pierre sur laquelle la tête a frappé ...! Une plagiste a vu ce qu'il c'était passé et est venue ! Alalala ... On ne se refait pas !


Crois-tu en Dieu ? Non, ni aux schtroumpfs, ni aux minimoyz. D'ailleurs, comment parler de "Dieu" sans parler d'éthique ? Si aujourd'hui il n'y a encore aucun traitement pour "réparer" la moelle épinière, c'est entre-autre à cause des loi éthiques qui empêchent la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Alors quand j'vois des malades et des accidentés voter à droite et aller à l'église qui est généralement contre le progrès scientifique, je me dis qu'ils se complaisent dans leur merde. Alors qu'ils y restent.


As-tu revu des amis après l'accident ? Non aucun, pourtant on était une bande de 4 super potes, on faisait des milliers de choses ensemble, on partait aussi en vacances dans les mêmes endroits. Soit en camping, soit en maison de campagne etc. Par conséquent je connaissais aussi très bien les parents. Une fois sorti de réanimation, j'ai essayé de joindre mes copains par téléphone avec toutes les difficultés du monde car je bougeais très peu. Les parents me répondaient sans demander de nouvelles, en prétextant que mes amis n'étaient pas chez eux ... Bref, suite à ça j'ai cessé d’appeler et personne n'a cherché à me joindre.


T'es resté longtemps à l’hôpital ? Pas mal oui, 76 jours en réanimation avec un respirateur et beaucoup de misères. On me shootait complétement, je faisais des rêves horribles sans avoir la possibilité de me réveiller. Parfois dans ces rêves, je coulais dans les marécages et je me débattais pour essayer d'en sortir. Alors peut-être que ces rêves là je les faisais lorsque mon état était critique, je ne sais pas. Si tel est le cas, ça change de la lumière blanche, du tunnel et de tout le tsoin-tsoin !

Au moment où mon état était stable et que ma date de sortie était prévue, j'ai fait une fausse route en avalant un aliment ... Je n'avais plus le respirateur pour respirer, la trachéo était refermée, alors on me tenait les bras et on m'a ré-ouvert en urgence à l'ancienne ! Même dans les club sado-maso les plus réputés ils ne le font pas ça.

Une fois sorti de la réanimation, j'ai passé 10 mois en rééducation à la Clinique Saint-Martin. Un très bon établissement avec un personnel formidable. Ensuite j'ai eu d'autres multiples hospitalisations où j'ai encore failli mourir pour diverses raisons. Pendant 8 ans j'ai eu une carte d'abonné qui a couté cher à la sécu.


Encore à l'hosto ... il t'est arrivé quoi de plus ... ? Beaucoup de problèmes respiratoires, lorsque je tombais malade, je n'arrivais pas à tousser pour expulser les sécrétions. Du coup tout restait dans les poumons. Ça a crée de graves infections, les poumons se décollaient de la plèvres, du sang s'y installait sans demander mon avis ... Par conséquent on a dû me refaire des drains thoraciques ( un trou sur le côté pour y mettre un tuyau qui aspire les saletés ). J'ai cru que le poumon allait lui aussi passer dans le tuyau ... On me faisait aussi des fibro-aspiration, ça consiste à passer un tuyau ( et oui encore, des vrais Mario Bros ces toubibs ) dans le nez jusqu'aux poumons pour sortir manuellement les sécrétions. Bien entendu, ne pouvant respirer correctement et ayant une saturation faible, c'est fait sans anesthésie. Ça ne fut pas une partie de plaisir ... Ça a duré 40mn car ça ne passait pas au niveau des cordes vocales ... Bref, gros bordel avec les filles de joies en moins.

J'ai aussi eu une escarre à la jambe qui s'est infectée avec des germes hospitaliers excessivement dangereux ( staphylocoque doré et pyocyanique ). La jambe est restée ouverte pendant 3 ans jusqu'à ce que je fasse une complication supplémentaire .... Une septicémie ( Infection du sang ). Au même moment on s'est aussi aperçu qu'un abcès avait aussi élu domicile au niveau de l'ischion ( Fesse ). Ça m'a donc infecté l'os ( ostéite ). Bref, je commence à croire que je n'ai pas beaucoup de chance. Bien entendu j'ai dû encore descendre au bloc opératoire pour enlever l'os pour pas que l'infection se propage. Évidement, on ne pouvait pas non plus me faire une anesthésie générale. Et vu que je ne ressent pas la douleur à cet endroit, on m'a enlevé l'os à l'ancienne. A leur décharge, j'ai refusé les petits calmants et relaxants qu'ils m'ont proposé, par conséquent j'étais complétement conscient, à plat ventre, les perfusions accrochées à une barre suspendue au dessus de la table d'opération. L'orthopédiste incise et essaye de casser l'os à coup de marteau et à la scie électrique ... Les coups qu'il portait étaient si violents que mon corps sursautait, les bouteilles de perfusion me tombaient sur le dos. Ça sentait l'os brulé, c'était assez horrible ... Pour avoir une petite idée de l'odeur, c'est un peu comme quand le dentiste utilise sa fraise sur une carie en 20 fois pire.

Au bout d'une heure, l'opération est terminée. J'ai perdu beaucoup de sang, j'me sens mal. Ils décident donc de me faire une transfusion sanguine. C'était malgré tout mon jour de chance, le sang ne contenait pas d'hépatite ou de VIH ! Wow c'est la fête !

Bon le problème de l’ostéite est réglé, mais pas celui de la septicémie ... Une seule solution, l'antibio-thérapie en passant par un portacath ( une sorte de cathéter lié à une artère ). Manque de bol, j'ai un effet secondaire très rare dû à l'antibiotique. Mes défenses immunitaires se barrent ... Pour donner une petite idée, si je me souviens bien le taux était de 800 sur 10 000. Ma bouche était pâteuse, la langue avait une sale gueule, là non plus je n'étais pas au top de ma forme ... Au final, on me change d'antibio et ça va mieux. Je reste 3 mois en soins intensif et 6 mois allongé chez moi avec une hospitalisation à domicile ( HAD ). Un infirmier venait plusieurs fois par jour, nuits comprises pour changer les perfusions. Des professeurs venaient aussi chez moi de temps en temps pour continuer les cours.

9 mois sont passés ! Guéri ! J'ai donc pu accoucher du Bac avec mention A.B. Comme quoi les antibio devaient avoir un effet dopant au niveau cérébral. Mais chut !


Es-tu déjà tombé du fauteuil roulant ? Un bon paquet de fois oui ... Un jour je suis tombé d'assez haut. À l’hôpital les lits sont électriques et ils se règlent en hauteur. Les télévisions étant fixées en hauteur, j'aimais bien être haut perché avec mon lit. Le problème étant que je me suis endormis, je n'avais pas les barrières sur les côtés du lit. Dans la nuit vers 3h du matin, je dormais et ma jambe s'est mise à trembler toute seule (spasticité ), elle sort du lit, elle m'entraine et BOUM ! Par terre ... Une réglette était fixée au sol pour éviter que les lits ( à roulettes ) tapent contre les murs, bien entendu je me la suis prise en plein dans l'omoplate ... Ça réveille ! Ne pouvant rien faire, j'appelle mon voisin de chambre, Mathieu.

<< Mathieu ?
- Quoi Ludo ?
- Je suis tombé par terre ...
- Arrête tes conneries, c'est 3h du mat ! Il se rendort ...
- Mathieu ?
- Quoi ???
- Je suis tombé par terre ....
- Putain arrête tes conneries j'ai sommeil !
Il allume la lumière, il regarde mon lit et dit :
- Oh Ludo t'es où ????
- Putain ça fait cent ans que je te dis que je suis par terre !

Il utilise enfin sa sonnette, le personnel arrive et me revoilà dans le lit, avec les barrières ... ( Mais c'est qu'il apprend vite le p'tit tétra ! )

Autre chute mémorable, toujours à la clinique, c'était à l'extérieur, devant l'entrée. C'était l'hiver, il pleuvait quelques goutes, il faisait sans doute froid, mais mon corps étant mal régulé j'avais chaud. Alors j'attendais dehors le temps que ma mère arrive pour les visites.

Le problème étant que je m'étais mis trop prés d'une pente, le fauteuil commence à rouler tout seul, j'essaye de freiner mais ça glisse, je n'y arrive pas, le fauteuil s'emballe, ça roule vite ! Une barrière ( et oui encore ... ) pour réguler les entrées-sorties des véhicules est prête à m'accueillir, du coup j'enclenche les freins du fauteuil, il pile d'un coup ! Et moi je continue sans lui, en vol plané avec un atterrissage difficile. Je saigne du menton, des coudes, genoux, ... Une femme s'arrête et me dit :

<< Que fais-tu par terre ?
- Bah rien, j'fais des pompes.

Bref au final les brancardiers et un médecin descendent en vitesse, je n'ai rien de grave. Je remonte dans le service et des aides-soigantes me voient avec pas mal de sang et me demandent :

<< Oh Ludo, tu saignes, qu'est-ce t'as fait ?
- On m'a agressé pour voler mon fauteuil en bas, je me suis défendu

Je suis aussi tombé en arrière au lycée pendant que je traversais la cour, tôt le matin, sous la pluie ( encore oui ), attendant sagement qu'on vienne me pêcher. Ça m'est aussi arrivé au McDo, chez moi, ... et ailleurs !


As-tu des douleurs ? Oui en permanence, que ça soit au dos, aux jambes à cause de sensations bizarres, aux pieds, partout. Les docteurs disent que c'est des douleurs neurologiques. C'est normal. En résumé, soit je prends des cachets qui me shootent et j'ai moins de douleurs, soit j'en prend aucun et je fais avec. Étant donné que c'est désagréable mais gérable, j'opte pour la 2nd solution.


Aujourd'hui comment s'organise tes journées ? Tous les matins une aide-soignante passe chez moi pour m'aider à me préparer, le soir idem pour m'aider à me coucher. Le mardi et le jeudi aprèm je fais de la rééducation pour m'entretenir. Quand je peux, je sors au ciné, resto, plage, avec des personnes que j'apprécie. Puis de temps à autre je crée des sites internet, un peu comme celui-ci ! Parfois je glande aussi chez moi ... Bref, je m'occupe comme une huitre qui aurait la chance d'avoir toutes les commodités sur son rocher.


SUITE - VOIR PARTIE 2